Et piltide ja linkide vaatamine ei katkestaks muusikat, ava neid brauseri uues aknas.
Чтобы просмотр картинок и ссылок не прерывал музыку, открывай их в новом окне браузера.
Pourque le visionnage des images et des liens n'interrompe pas la musique, ouvre-les vers la nouvelle page de ton browser.
....................................................................................................................................................................................................................

jeudi 5 novembre 2009

Photis Ionatos - Ithaque










Les traductions des textes du grec en francais sont prises du bouclet de disque original.

01 PIA THELLISSI THEU- QUELLE VOLONTE DIVINE

Quelle volonte divine nous gouverne,
Quel destin tragique detient le fil
Des jours vides qu'aujourd'hui nous vivons,
Comme d'une vieille et mauvaise habitude?

Sans toi, sans amour, sans lest
Nous sommes devenu le butin de vent
Qui retourne la mer; trouverons-nous
Au moins le fond de l'abysse?

Les hommes nous evitent, et meme lorsqu'il s'approchent,
Se dressent un peu par dessus-nous et ils ecoutent dans cette clameur vaine
Comme s'ils cognaient le pied contre le bassin vide.

Existe-t-il de si horribles reciprocites?
Il se trouve au ciel un enorme poing qui ne broye pas,
Mais punit et continuellement oppresse.

01 СИЛА КАКОГО БОЖЕСТВА

Сила какого божества ведет нас,
Что за трагическая судьба держит нить
Пустых дней, что мы живем сейчас,
Как по старой и дурной привычке?

Без тебя, без любви, без якоря
Мы стали добычей ветра,
Что перемешивает море, и найдем ли мы
Хотя бы дно этой бездны?

Люди избегают нас, и даже если приближаются,
Держутся свысока, и слушают напрасные вопли,
Прыгнувших в пустой бассейн.

Почему такая страшная взаимность?
С неба свисает как огромный кулак, который не дробит,
Но карает и беспрерывно сжимает.


01 MIS JUMALA TAHE

Mis jumala tahe juhib meid,
Mis traagiline saatus hoiab käes ketti
Tühje päevi, mida me elame praegu,
Nagu vana ja paha harjumuste rajal.

Ilma sinuta, ilma armastuseta, ilma ankruta
Meist sai saak tuulele,
Mis loksutab merd, ja kas me leiame
Sellel kuristilul kas või põhja?

Inimesed hoduavad meist eemale, ja kui isegi liginevad,
Hoiavad üleolevalt, ja kuulavad neid ilmaasjatuid karjeid,
Nagu hüppanud tühjasse basseini.

Miks on vastastikkus nii jube?
Taeval ripub tohutu rusikas, mis ei purusta,
Aga karistab ja pidevalt pigistab.


02 IKOSSI CHRONIA- VINGT ANNEES

Vingt annees sans odeur de jasmin.
Vingt annees, l'ame est fanee.
Comment pourrais-je me souvenir?
Dieu m'a oublie.

Vingt annees sans aucune fuite.
Vingt annees sans aucune priere,
Comment pourrais-je revenir?
Dieu m'a oublie.

Vingt annees en ce lieu pluvieux.
Dans mon coeur l'eau s'est glacee.
De quoi puurrais-je me souvenir?
J'ai oublie Dieu.



03 THELO NA PHYGO PIA APO EDO- JE VEUX PARTIR ENFIN D'ICI

Je veux partir enfin d'ici,
Je veux partir au loin.
En quelque lieu nouveau et inconnu.
je vieux devenir poussiere doree dans l'ether.
Simple element libre et audacieux.

Tel un reve tendre paraitront
Les choses de ce monde
Elles iront droit dans l'ame.
Les visages seront beaux et souriants,
Et beau sera aussi mon autre moi-meme.

Oh mon Dieu, je voudrais que la-bas
Il n'y ait plus d'obscurite, dans la nuit au desespoir des lieux
Sur la terrible firmament, dans le hurlement du vent
Sur les visages et les paroles des hommes.




04 TICHI- MURS

Sans prusence, sans pitie, sans pudeur
Grands et hauts autour de moi,
Ils ont bati les murs.
Et me voila isi a me desesperer,
Je ne pense qu'a ce destin
Qui me ronge l'esprit.

Parcre que j'avais beaucoup de choses
A accomplir dehors.
Ah, quand ils batissent les murs,
Comment n'y ai-ge pris guarde?
Mais je n'ai jamais entendu
De bruit de macons ni de sons.
Insensiblement ils m'ont enferne
Hors du monde.



06 IMASTE KATI - NOUS SOMMES QUELQUE-CHOSE

Nous sommes quelque-chose
Comme ces gitares detraquees.
Le vent a travers leurs cordes en passant
Reveille des sons et des vers dissonants.

Nous sommes ces incroyables antennes
Qui se dressent telles des doigts dans le chaos.
Sur le sommet l'infini resonne,
Mais rapidement elles tomberont fracassees.

Nous sommes quelques sesn diffus
Sans espoir d' union;
Sur nos nerfs s'enchevetre toute la nature.

Nous souffrons dans nos corps et nos souvenirs,
Les choses nous pourchassent
Et la poesie reste le seul refuge que nous convoitons.



07 SYNITHIES - HABITUDES

Habituons donc comme au debut
Nos pas a marcher sur l'asphalte.
Habituons-nous s regarder
Jusqu'a la hauteur des dos voutes.
Les yeux frissonnent en se promenant
Sur la lumiere denticulee des cretes
Et disons nous que ce qui tinte
Dans la poche interieure de notre veste,
Ce ne sont pas des etoiles,
Mais une poignee de pois-chiches.


08 STROPHES - STROPHES

Comme je perds mes jours
L'un derriere l'autre,
Et le vin s'altere
Comme mes cheveux qui blanchissent.
Mais des que mon regard
Passe a travers le cristal
Rempli de vin nouveau,
Je vois la vie doree.

La nuit nous a separes
De ceux que nous aimons.
Comme le depart nous separe,
Seront-ils tous sur la rive?
Va, mon bateau,
Nous sommes en retard,
Arrete-toi quelques instants seulement
Et ensuite repars droit devant.

Peupliers,vous geants cloues
Sur les cotes du chemin.
Mes arbres, le vent du Nord
A emporte vos feuilles.
Vous etes devenus des ombres
Qui coulent sur mon front,
Comme je vais moi en bas




09 ERCHOMOS - VENUE

Un jour nous te reviendrons
Les yeux mouilles de larmes
Sur motre visage.
Le remps a laisse ses empreintes
Et la vie ne nous a pasepargnes.

A coeur de l'hiver
Ton soleil brillera
Dans nos entrailles.
Le feu brulera comme un ete chaud.
Tes rivages, tes montagnes et tes champs
Viveront en nous
Lorsque nous retournerons
Vers le poignard nordique.




09 TO PEDI - L'ENFANT

L'enfant a grandi
Beaucoup trop.
Grave et triste, ou vas-tu?
Ensamble nous nous sommes promenes
Tout le longue du meme reve.
Ne te souviens-tu pas?

Ou est la place du monde
Dans vos yeux,
Dans votre voix,
Dans votre pain,
Aux quatre coins de votre sommeil,
La ou vos doigts tristes
Emittent le pain rassis de l'amour.
Souvenez-vous freres,
Souvenez-vous de notre ville?



10 YSTEROPHIMIA - A TITRE POSTHUME

Notre mort est necessaire a l'enfinie nature.
Elles la demandent les bouches pourpres des fleurs.
Lorsque le printemps arrive, aussitot il nous quittera,
Et ensuite nous ne serons plus que l'ombre d'une ombre.

Notre mort l'attend, la superbe lumiere du soleil,
Et nous verrons encore un coucher triomphant.
Puis nous quitterons les doux soirs d'avril
Pour aller la-bas vers les royaumes obscurs.

Peut-etre qu'ils resteront apres nous les vers,
une disaine de vers demeureront.
Telles ces colombes que lachent les naufrages au hazard
Et lorsqu'elles apportent le message, il est deja tard.



11 OSSO BORIS - TANT QUE TU PEUX

Et meme si tu ne peux pas
Faire de ta vie ce que tu voudrais,
Au moins essaie ceci: ne l'avilis pas
Dans des liaisons mondaines,
Dans des gestes et paroles ephemeres.

Ne la rabaisse pas en la menant,
En sortant souvent de l'exposant
A la sottise quotidienne des telations et des frequentations
Jusqu'a ce que'elle devienne geante
Comme une etrangere.



12 EPETIOS - ANNIVERSAIRE

J'ai mene ma vie jusqu'ici
Sur ce point qui lutte
Toujours pres de la mer.
Jeunesse sur les rochers,
Corps-a-corps contre le vent.

Ou va-t-il cet homme
Qui n'est rien d'autre qu'un homme?

Il compte avec la rosee
Ses instants verts
Avec l'eau les visions de son ouie,
Avec des ailes ses remords.

Ah! Vie d'un enfant qui devient homme...

Toujours pres de la mer,
Quand le soleil lui apprend de respirer,
Par la, ou s'efface l'ombre d'une mouette.



13 ORIZONDES - HORIZON

En quel hotizon
S' epuise cette antithese,
En quel jardin
se repoose la serenite?
Non pas celle-la qui est assise
Sur les cadavres des etoiles assassinees,
La serenite entre toi et l'autre,
Rassasissee de ses seves
Avec un sourire qui ne denie pas,
Qui ne sacrifie pas.



14 XENI - ETRANGER

Ainsi nous ne serons plus
Comme des etrangers,
Comme des etrangers
Qui reviennent d'un futur tres lointain,
Et nous n'aurons plus ce sourire
Plein d'amur et de pardon.

Non, non ce sourire est tres bon,
Il effarouche nos bien-aimes,
Il nous fait paraitre orgueilleux
Sans que nous le soyons;
Nous,nous soommes fiers, notre frere,
Pour tout ce que toi tu accompliras demain.



15 ITHAKI - ITHAQUE

Lorsque tu te mettras en route pour Ithaque,
Souhaite que le chemin soit long,
Plain d'avantures, plein de decouvertes
Les lestrygones et lescyclopes,
Le farouche Poseidon;ne les crains pas
Si tu ne les portes pas dans ton ame,
Se ce n'est qu'elle qui les dresse devant toi.

Souhaite que le chemain soit longue.

Que nombreux soient les mains d'ete
Ou avec quelle plaisir, quelle allegresse
Tu entreras dans les ports
Que tu verras pour la premiere fois.
Arrete-toi aux comptoirs pheniciens
Pour acquerir la bonne marchandise
Les nacres et les ebenes, les ambres et les coreaux
Et les parfums voluptueux de toutes especes,
Dans maintes villes egyptiennes rends-toi,
Apprends sans cesse par les sages.

Garde toujours Itaque dans la pensee,
Arriver, la est ton but;
Mais ne te hate pasdans ton voyage,
Sans elle tu ne prendrais pas la route,
Elle n'a plus rien a te donner.
Et meme si tu la trouves pauvre,
Ithaque ne t'aura pas decu.
Car devenu sage, riche, de tant d'experiences,
Tu as du comprendre ce que signifient les
"Ithaques".

Souhaite que le chemain soit longue.



Итака
Когда задумаешь отправиться к Итаке,
молись, чтоб долгим оказался путь,
путь приключений, путь чудес и знаний.
Гневливый Посейдон, циклопы, лестригоны
страшить тебя нисколько не должны,
они не встанут на твоей дороге,
когда душой и телом будешь верен
высоким помыслам и благородным чувствам.
Свирепый Посейдон, циклопы, лестригоны
тебе не встретятся, когда ты сам
в душе с собою их не понесешь
и на пути собственноручно не поставишь.
Молись, чтоб долгим оказался путь.
Пусть много-много раз тебе случится
с восторгом нетерпенья летним утром
в неведомые гавани входить;
у финикийцев добрых погости
и накупи у них товаров ценных -
черное дерево, кораллы, перламутр, янтарь
и всевозможных благовоний сладострастных,
как можно больше благовоний сладострастных;
потом объезди города Египта,
ученой мудрости внимая жадно.
Пусть в помыслах твоих Итака будет
конечной целью длинного пути.
И не старайся сократить его, напротив,
на много лет дорогу растяни,
чтоб к острову причалить старцем -
обогащенным тем, что приобрел в пути,
богатств не ожидая от Итаки.
Какое плаванье она тебе дала!
Не будь Итаки, ты не двинулся бы в путь.
Других даров она уже не даст.
И если ты найдешь ее убогой,
обманутым себя не почитай.
Теперь ты мудр, ты много повидал
и верно понял, что Итаки означают.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire