Mes amis! Mon blog ne travaille plus parce que DivShar, ou sont places tous ces musiques a termine parait-il, son existence. Je ne peux plus faire ecouter a vous ces musiques que j'aime et que je veux partager avec vous. Peu a peu, je promets de les faire telechargeables, comme tout est sur mon PC, et je le chargerai sur le HOST.
S'il y a quelqu'un qui sait un lieu au net, ou on peut mettre de la musique gratuitement pour l'inserer sur le site ou le blog en forme de playlist qui joue, signalez-moi sur mon Google+, ou sur
vana.tartu@mail.ee

....................................................................................................................................................................................................................

mardi 3 novembre 2009

Gerard Manset- Prisonniers de l'Inutile





Tõlgitud lood 01, 02, 03 Hiljem tõlgin veel lugusid.
переведены песни 01, 02, 03 Позже переведу еще.




Paroles et musique: Gérard Manset, 1985

01 Prisonniers di l' Inutile

Nous avons marché le long des sentiers.
Parmi nous, certains sont tombés
Et tous les autres que deviennent-ils?
Nous sommes prisonniers de l'inutile.

Derrière nous, campagnes et villages
Ensevelis sous le lierre sauvage
Ou seul un chien peut-être vit tranquille.
Nous sommes prisonniers de l'inutile.

Nous sommes prisonniers des liens qui nous attachent
Et nous souffrons. Dans notre coeur, comme une tache,
Quelque chose qui grandit et qui se cache.
Nous sommes prisonniers des liens qui nous attachent.

Quelques croix sont plantées sur le chemin
Que les bourreaux nous montrent de la main,
Disant: "De l'autre monde, que reste-il?"
Nous sommes prisonniers de l'inutile.

Au delà de nous, dans le ciel de plomb,
Y-a-t-il un Dieu, quelqu'un nous l'appelons?
Nous oublier, comment le peut-il?
Nous sommes prisonniers de l'inutile.

Заложники у ничего

Мы шли по тропам, под зноем и в пыли.
Иные пали, иные не дошли.
Еще другие, их время не пришло.
Мы все - заложники у ничего.

За нами горы, деревни, города.
Позаросли плющом, пропали навсегда,
Лишь тощий пес там ищет своего.
А мы - заложники у ничего.

Заложники тех уз, что пролегли меж нами,
Как груз в душе, как грех, они с годами
Растут и давят. Над собой не властны сами
Заложники тех уз, что между нами.

Дорога, пыль, и по бокам кресты.
У палачи стоят. Из пустоты
Они на нас глядят, и от того
Мы все- заложники у ничего.

Над нами небо свинцовой черноты.
Кого оттуда звать, Бог, есть ли Ты?
Забыть нас, как он мог, и отчего
Мы все- заложники у ничего?

Заложники тех уз...

Pantvangid ei millelgi.

Me sammusime mööda radasid,
Mõned meist on langenud.
Ja kõik teised, mis neist sai?
Me oleme pantvangid ei millelgi.

Meil seljataga on mäed ja külad,
Maetud metsviinapuude all,
Ainult üks koer elab seal rahulikult.
Me oleme pantvangid ei millelgi.

Me oleme pantvangid nendel seostel, mis seovad meid kokku,
Ja me kannatame omas südames, nagu plekki,
Midagi, mis kasvab ja mis peidab ennast.
Me oleme pantvangid nendel seostel, mis seovad meid kokku.

Mõni rist on pandud tee ääres,
Sellele näitavad timukad käega,
Üteldes teisest maailmast, mida jääb alles.
Me oleme pantvangid ei millelgi.

Meie kohal, tinamustal taeval,
Kas on keegi, Jumal, me kutsume Teda,
Meid unustada- kuidas Ta võis?
Me oleme pantvangid ei millelgi.

Me oleme pantvangid nendel seostel...


02 Et l' Or de leurs Corps


L'esprit des morts veille
Et quand tu t'endors
La lampe allumée
Et l'or de leur corps
Le drap grand ouverts
Cascades et rivières
Chevaux sur les plages
Sable sous les pieds
Et lagon bleuté

L'esprit des morts veille
Qui frappe à la porte
Et toi allongé
Dans ton demi sommeil
Et l'or de leur corps
Partout t'accompagne
Quand glisse leur pagne
Couleur des montagnes
Du sable et de l'eau

D'où venons nous
Que sommes nous
Ou allons nous

Esprit des morts veille
Blanche aux ailes jaunes
Sur fond de montagnes
Et sentiers violets.
La femme à la fleur,
Quand te maries tu
Dans la grande cabane
Qu'il a fait construire
A Hiva Oa, là ou il mourut

D'où venons nous
Que sommes nous
Ou allons nous.

Paul Gogain -
Et l'or de leurs corps
И золото их тел
Ja nende kehade kuld


02 Ja nende kehade kuld

Surnute hing on ärkvel,
Ja kui sa jääd magama,
Lamp, mis põleb,
Ja nende kehade kuld,
Rüüd pärani lahti,
Kaskaadid ja jõed,
Hobused rannal,
Liiv jalgade all
Ja sinetav laguun.

Surnute hing on ärkvel,
Kes koputab uksele,
Ja sina pikutad
Oma pool-unes.
Ja nende kehade kuld
Saadab sind igal pool kaasa,
Kui libisevad maha nende riided
Mägede, liiva
Ja vee värvi.

Kust me tuleme
Mis me oleme
Kuhu me läheme

Surnute hing valvab,
Valge, kollaste tiibadega
Mägede
Ja lillade radade taustal.
Naine lillega,
Millal sa abiellud
Suures onnis
Mida ta lasi ehitada
Hiva Oas, seal kus ta suri.

Kust me tuleme
Mis me oleme
Kuhu me läheme


02 И золото их тел

Дух мертвых не спит,
И когда ты засыпаешь,
Зажженная лампа
И золото их тел,
Широко раскрытый драп,
Каскады и реки,
Лошади на пляже,
Песок под ногами
И голубоватая лагуна.

Дух мертвых не спит,
Кто стучит в дверь,
А ты, растянувшись,
В своем полусне.
И золото их тел
Всюду сопровождает тебя,
Когда спадают их одежды
Цвета гор,
Песка и воды.

Откуда мы пришли
Что мы есть
Куда мы идем

Дух мертвых не спит,
Белый с желтыми крыльями
На фоне гор,
Фиолетовых троп.
Женщина с цветлом,
Когда ты женишься
В большой хижине,
Которую он заказал построить
В Хива Оа, там где он умер.

Откуда мы пришли
Что мы есть
Куда мы идем




03 Mauvais Karma

C'est grand, c'est grand.
On voit toujours du sable
Tout blanc tout blanc
Mais le monde est fermé quand même
Dans un écran.
On voit bouger les hommes, les femmes, les enfants
Sur cet écran
Mais quelqu'un joue là-bas,
Tire le manche vers le bas.
Les choses vont et viennent,
S'allument et s'éteignent
Et sont heureuses et saignent
Interminablement,
Sur cet écran, sur cet écran.

Pas d'avenir, pas de passé,
Pas la moindre raison de vivre,
Qu'une raison d'exister,
Pas d'avenir, pas de passé non plus
Mais d'une rive à l'autre,
Faut traverser,
Ne jamais regarder par la vitre arrière
Les lézards enlisés sous les bancs de pierre,
Les buffles ensablés le long des rivières,
Les tempes dégagées, les cheveux en arrière,
Les tempes dégagées, les cheveux en arrière,
Regarde et voit passer ténèbres,
Regarde et voit passer ténèbres, ténèbres et lumières,
Mauvais Karma
Et depuis dix mille ans, la trace d'un doigt
Pousse la roue,
La roue de la loi,
Claque la porte et tremble.

Pas d'avenir, pas de passé,
Mais où sont les routes,
Les routes effacées,
Que sont devenues toutes
Nos pensées?
Ce monde ira sans doute se briser.
Que sont devenues toutes nos vies passées,
Les marches sur lesquelles on a tous dansé,
Nos gestes, nos actes, nos pensées?
Dans la peau de qui de qui se sont enfoncées,
Dans la peau de qui de qui se sont enfoncées.
Regarde et voit passer ténèbres,
Regarde et voit passer ténèbres, ténèbres et lumières,
Mauvais Karma.
Au fond d'un verre, la trace d'un doigt
Comme un visage qui te ressemble,
Claque la porte et tremble
Tremble, tremble...
------------------
Claque la potréé.

03 Плохая карма

Это огромно, это огромно,
Повсюду виден песок
Абсолютно белый, абсолютно белый.
Однако мир закрыт
В экране.
Видно, как движутся мужчины, женщины, дети
На этом экране.
Но кто-то играет там,
Тянет рукав вниз.
Вещи приходят и уходят,
Зажигаются и гаснут,
И они счастливы, и кровоточат
Безконечно
На этом экране.

Нет будущего, нет прошлого,
Нет никакого смысла жить,
Кроме как смысл существовать.
Нет будущего, и прошлого нет тоже,
Но с берега на берег
Надо пересечь.
Никогда не смотреть в заднее стекло,
Ящерицы, увязшие под пластами камня,
Буйволы, засыпанные песком вдоль рек,
Бритые виски, волосы, волосы, откинутые назад,
Бритые виски, волосы, волосы, откинутые назад.
Смотрит и видит, как проходят сумерки,
Смотрит и видит, как проходят сумерки, сумерки и огни
Смотрит и видит, как проходят сумерки, сумерки и огни
Плохая карма.
И вот уже десять тысяч лет след одного пальца
Толкает колесо,
Колесо закона.
Хлопает дверь и дрожит.
Дрожит. Дрожит. Дрожит. Дрожит.

Нет быдышего, нет прошлого,
А где дороги,
Стертые дороги?
Чем стали все
Наши мысли?
Мир без сомнения скоро разобьется.
Чем стали все наши прошлые жизни,
Рубежи, на которых мы все танцевали,
Наши жесты, наши акты, наши мысли
В кожу кого, кого, кого они погрузились?
В кожу кого, кого, кого они погрузились?
Смотрит и видит, как проходят сумерки,
Смотрит и видит, как проходят сумерки, сумерки и огни
Смотрит и видит, как проходят сумерки, сумерки и огни
Плохая карма.
На дне стакана след пальца
Как лицо, что похоже на тебя.
Хлопает дверь и дрожит.
Дрожит. Дрожит. Дрожит. Дрожит.



03 Halb karma

See on suur, see on suur.
On kogu aeg näha liiva
Täitsa valget. Täitsa valget.
Aga maailm on siiski suletud
Ekraanis.
On näha, kuidas liiguvad mehed, naised, lapsed
Sellel ekraanil.
Ja keegi mängib seal,
Tõmbab varrukast allapoole,
Asjad lähevad ja tulevad,
Sütivad ja kustuvad,
Ja need on õnnelikud, ja need veritsevad
Alalõpmatult
Sellel ekraanil. Sellel ekraanil.

Pole tulevikku, pole minevikku,
Pole mingit mõtet elada peale mõtet eksisteerida.
Pole tulevikku, pole minevikku kah,
Aga ühelt kaldalt teisele
Peab ületama.
Kunagi mitte vaadata tagavaateklaasi,
Sisalikud, kinni jäänud kivikihtide vahele.
Puhvlid, liivasse maetud jõgede kaldadel.
Lahtised meelekohad, juuksed, juuksed tahapoole visatud,
Lahtised meelekohad, juuksed, juuksed tahapoole visatud,
Vaatab ja näeb läbi hämarat,
Vaatab ja näeb läbi hämarat, läbi hämarat ja tulesid
Halb karma.
Juba kümme tuhat aastat ühe sõrme jälg
Lükkab teed.
Teed seadusele.
Prõmmib uks ja väriseb, väriseb, väriseb,
Väriseb, väriseb...



04 Les Enfants des Tours

Il faudra bien qu'on pense un jour
Aux enfants qui poussent dans les tours,
Sur les trottoirs, sous les néons
Ceux qu'on ramasse dans les cartons.
Où sont les vastes terrains vagues,
Tout est silence.
Les murs de briques, les tas de sable
De mon enfance.
Les enfants nus, visage de charbon
Suivant les sentiers dans la grisaille
De nos maisons de France.

J'y pense maintenant,
Puisque ça n'a plus cours,
Que seuls les chiens restent
Au fond des cours
Et que les écoliers,
Pareil aux écolières,
On leur met le collier.

Il faudra bien qu'on pense un jour
Aux enfants qui poussent dans les tours,
Sur les trottoirs, sous les néons,
Ceux qu'on ramasse dans les cartons.
Où sont les vastes terrains vagues,
Tout est silence.
Les murs de briques, les tas de sable
De mon enfance.
Les enfants nus, visage de charbon
Suivant les sentiers dans la grisaille
De nos maisons de France.

J'y pense maintenant,
Puisque ça n'a plus cours,
Plus d'importance,
Qu'on est devenu sourd
Et que les écoliers,
Pareil aux écolières,
On leur met le collier.

Les enfants nus, visage de charbon
Suivant les sentiers dans la grisaille
De nos maisons de France.

J'y pense maintenant,
Puisque ça n'a plus cours,
Plus d'importance,
Qu'on est devenu sourd
Et que les écoliers,
Pareil aux écolières,
N'ont plus la moindre chance
Que l'on avait hier
Et que les écoliers,
Pareil aux écolières,
N'ont plus la moindre chance...

04 Дети башен


Надо наконез подумать однажды
О детях, что растут в башнях, 
На тротуарах, под неонами,
Те, кого собирают в картонные коробки.
Где те призрачные, просторные земли,
Где все - тишина.
Кирпичные стены, кучи песка
Из моего детства.
Голые дети, с угольными лицами,
Бредущие в серости по тропам
Домов Франции.


Я думаю как раз об этом,
Потому что так дальше не пойдет,
Пусть лишь собаки останутся
Во дворах.
И чтобы школьницам 
И школьникам


Я как раз  думаю об этом,
Потому что так дальше не идет.
Не имеет больше значения,
Что даже стали глухими.
И что у школьниц,
Как и у школьников,
Нет больше ни шанса,
Который был еще вчера,
И что у школьниц
Как и у школьников
Нет больше ни одного шанса...




04 Tornide lapsed


Peab mõtlema üks kord viimaks
Laste peale, kes kasvavad tornides,
Kõnniteedel, neonvalguse all,
Neid korjatakse pappkastidesse.
Kus on hägusad, avarad ruumid,
Kus kõik on vaikus.
Telliskivimüürid, liivahunnikud
Mu lapsepõlvest.
Paljad lapsed, süsiste nägudega
Kõnnivad radadel keset hallisust
Prantsusmaa majades.


Ma mõtlen selle peale









05 Chambres d'Asie

Chevelures des fenêtres fermées des chambres d'Asie,
Papier des murs des chambres des hôtels moisis,
Chevelures des rideaux déchirés, des néons tristes
Et plus rien d'autre pour te prouver que tu existes.

Chevelures des fenêtres fermées des chambres d'Asie,
Papier des murs des chambres des hôtels moisis,
Chevelure immobile et chaude des longues nuits,
Draps mouillés de tous les cris des odeurs du temps qui fuit.

Chambres d'Asie, retournes-y, la nuit le jour,
Murs moisis, peau de velours.

Chevelures des fenêtres fermées des chambres d'Asie,
Papier des murs des chambres des hôtels moisis,
Chevelure immobile et chaude des longues nuits,
Draps mouillés de tous les cris des odeurs du temps qui fuit.

Chevelure des rideaux tirés des fenêtres closes,
Reflet dans les murs, des corps qui reposent,
Bruit des clés des verrous des barreaux des portes de fer
Et couloir allumé le jour et la nuit comme en en enfer,

Comme en enfer, mais comment faire, retournes-y quand même,
Murs moisis, ou l'on te dit qu'on t'aime.

Chevelures des fenêtres fermées des chambres d'Asie,
Papier des murs des chambres des hôtels moisis,
Souvenir inutile et triste des longues nuits
Et mordre dans les draps des chambres d'Asie
Comme on mord dans un fruit.

Chambres d'Asie, retournes-y, un jour ou l'autre,
Emmènes-y la peau d'un autre.



06 Deux Voiles Blanches

Et l'aube amène la pluie, la brume.
Dans l'eau du port brille la lune.
Un sac posé sur une dune
Et dans les tasses, le café fume.
Oublie les folies, les rancunes.
La mer est remplie d'algues brunes.
Avec le temps les gestes meurent
Et rien ne reste, rien ne demeure.
La femme, la fille, le garçon pleurent.
Il va s'en aller tout à l'heure...

Y'aura toujours deux voiles blanches
Sur la mer,
Quelque part, n'importe où,
A l'autre bout de la terre.
Y'aura toujours deux voiles blanches,
Voiles rondes...

Et l'aube amène la pluie, la brume.
Les hommes ont les cheveux qui fument
Comme des chevaux couverts d'écume.
La mer est chargée d'algues brunes.
Ouvre les fenêtres une à une
Au comptoir du café des dunes.
Avec le temps les gestes meurent.
Y'a plus de soleil, y'a plus de couleurs.
La femme, la fille, le garçon pleurent.
Il va s'en aller tout à l'heure...

Y'aura toujours deux voiles blanches
Sur la mer,
Quelque part, n'importe où,
A l'autre bout de la terre.
Y'aura toujours deux voiles blanches,
Voiles rondes...
Quelque part à l'horizon,
A l'autre bout du monde...



07 Est-ce qu'ainsi que les hommes meurent

Depuis bien longtemps déjà,
J'ai cessé d'écrire,
Cesser de lever les yeux,
Cessé de relire.
Dans le parc, devant la grille,
Les hommes arrivent
Et juste une trace de pas
Le long des rives,
Juste une trace de pas
Le long des rives.

Depuis bien longtemps,
Je ne dirige plus les musiciens.
Depuis bien longtemps,
Laissé pendu l'habit de magicien
Dans le parc, devant la mer.
Les robes blanches,
Enfants fragiles comme du verre,
Jouent sous les branches,
Enfants fragiles comme du verre,
Jouent sous les branches...

Est-ce ainsi que les hommes meurent?
Et leur parfum, au loin, demeure.

Depuis bien longtemps déjà,
J'ai cessé de vivre,
De toucher du bout des doigts
La tranche des livres.
Dans le parc, devant la rive,
Des bruits étranges,
Bruissements d'ailes, lumières,
Cheveux des anges,
Le bruissements des ailes, les lumières,
Les cheveux des anges...

Depuis bien longtemps déjà,
Le seul souvenir
D'une miette de vie encore
Que je respire,
Dans le parc devant l'allée,
Le vide immense.
Bruits des pas sur le gravier,
De mon enfance,
Les bruit des pas sur le gravier,
Les ombres dansent...

Est-ce ainsi que les hommes meurent?
Et leur parfum, au loin, demeure,
Et leur parfum, au loin, demeure.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire